Janvier 2018 : Une entreprise du N.B. connaît le succès grâce à des odeurs pas si douces que ça

Par Alan Cochrane – le 9 janvier, 2018

Prelam Enterprises co-founder Luc Jalbert - Just'a Drop

Luc Jalbert a pour mission d’éliminer les mauvaises odeurs dans le monde, une toilette à la fois.

« Nous avons commencé il y a 13 ans. Nous avions pour mission de laisser savoir les consommateurs qu’il existait quelque chose de très efficace pour éliminer les odeurs du numéro 2, mais vous deviez l’utiliser avant d’aller aux toilettes, » expliqua Jalbert ce mardi.  » Il suffit de verser une ou deux gouttes dans le bol de la toilette avant de s’asseoir avec votre journal pour créer une barrière protectrice qui piégera l’odeur. »

Jalbert est le co-fondateur de Prelam Enterprises, une entreprise de Moncton spécialisée dans la fabrication de produits spécialement formulés pour envelopper et désodoriser les molécules malodorantes associées à l’acte d’aller aux toilettes.

Luc fera son 30 ème voyage vers la Chine ce samedi où il annoncera que deux de ses produits, Just’a Drop et Just’a Spray, sont maintenant disponibles dans de grandes chaînes de magasins chinoises.  Ce dernier estime que conclure une entente pour vendre ces produits dans des villes comme Beijing, Shanghai et Hong Kong représente un marché de plusieurs millions de clients potentiels.

Il dit aussi que Prelam a reçu le soutien d’Opportunités Nouveau-Brunswick, qui l’a aidé à conclure des marchés avec des distributeurs et des détaillants chinois. Opportunités Nouveau-Brunswick est une société de la Couronne dont le but est d’attirer et soutenir des opportunités de développement économique et de création d’emplois. Opportunité N.B. n’a pas pu fournir de porte-parole pour commenter la mission commerciale de la semaine prochaine et son soutien à Prelam Enterprises.

Les produits de Prelam sont développés, emballés et envoyés à partir d’un seul espace faisant office de bureaux, d’entrepôt et d’usine, localisé sur le boulevard Baig dans le parc industriel de Moncton. L’usine peut produire jusqu’à 12 millions de bouteilles par année. L’entreprise emploie 12 employés incluant des chimistes, des infographistes et des spécialistes en marketing.

En plus de Just’a Drop et Just’a Spray, Prelam a comme produits d’autres vaporisateurs anti-odeurs aux noms amusants tels que Poop-Eh!, Oh Crap, Pooping Bad et It wasn’t Me! Il y a aussi un vaporisateur pour la toilette spécial Saint-Valentin intitulé Love At First Poo, qui vient avec le slogan  » les roses sont rouges, les violettes bleues, vaporise dans la toilette avant d’y faire ton numéro 2. »

Ces produits sont vendus par des magasins détaillants du Canada, des États-Unis, du Chili, du Mexique et des Philipinnes. La traduction de Just’a Drop au Mexique est Gotaroma.

Jalbert assure que d’exporter ses produits en Chine constitue une très grande opportunité.

« J’ai toujours acheté des matières premières et des emballages chinois, je vais maintenant vendre mes produits là-bas. »

Jalbert dit qu’il a beaucoup appris de la culture chinoise au cours de ses 29 voyages: sa langue, les règlements de son gouvernement ainsi que ses pratiques professionnelles. Un des plus grands obstacles qu’il ait pu rencontrer reste la barrière de la langue. Luc cherche toujours à employer des personnes pouvant traduire son matériel promotionnel de l’anglais.

Durant les 13 dernières années, Luc a entendu beaucoup de blagues au sujet des mouvements intestinaux et de leurs odeurs. Il est un peu comme un David rivalisant avec les Goliaths corporatifs offrant des produits similaires. Avec son budget publicitaire limité, Prelam a pu coordonner un grand nombre de coup promotionnels. Pour l’un d’entre eux, Luc a installé une toilette au milieu de Time Square à New York où les passants pouvaient s’asseoir afin de répondre à un sondage et recevoir quelques échantillons gratuits.

« Les échantillons gratuits sont très importants en marketing. Je donne beaucoup d’échantillons parce que je sais qu’à chaque fois qu’une personne essaie notre produit, elle le dira à 15 autres personnes, fera des blagues à son sujet et surtout, elle s’en souviendra. »

Alors qu’il prend en chasse les mauvaises odeurs dans les toilettes du monde, Jalbert commercialise aussi Luky 8 : une ligne de crèmes pour la peau et autres produits de beauté pour les hommes. Luky 8 sera aussi disponible dans les magasins chinois.

En attendant, le département de recherche et développement de l’entreprise travaille sur des produits d’élimination d’odeurs de puissance industrielle pour le bétail, les poulaillers, les porcheries et autres lieux malodorants dans le monde.

Pour lire l’article originale, cliquez ici.

Janvier 2018 – Opportunités Nouveau Brunswick

La société néo-brunswickoise Prelam Enterprises nous parle de ses succès en matière d’exportation en Chine

JAN 8, 2018 |JASON BOIES

En décembre 2016, nous nous étions entretenus avec l’entrepreneur Luc Jalbert au sujet du succès de sa société établie à Moncton, Prelam Enterprises, et de ses produits de toilette Just’a Drop et Just’a Spray. M. Jalbert revenait à l’époque tout juste d’une mission commerciale en Chine dirigée par le gouvernement du Nouveau-Brunswick. La société a depuis lors remanié sa stratégie en Chine et elle a récemment annoncé une percée marquante au sein de ce marché de prime importance.

ONB a recommuniqué avec Luc Jalbert à la veille de sa prochaine visite en Chine dans le cadre de notre plus récente mission commerciale débutant le 13 janvier.

ONB : Votre entreprise a parcouru beaucoup de chemin depuis la mission commerciale de 2016. Parlez-nous de vos plus récents succès en Chine.

Prelam Enterprises Nouveau-Brunswick ChineM. Jalbert : Les produits de Prelam sont vendus depuis novembre dans les établissements d’Aolaigo, une grande chaîne chinoise de magasins de vente au détail. Nous avons décidé de concentrer nos efforts sur les emplacements traditionnels comme point d’entrée en Chine plutôt que sur le commerce électronique. Il existe dans ce pays une préférence très prononcée pour les marques internationales par opposition aux marques intérieures, à tout le moins au sein de la classe moyenne, qui est en expansion croissante. On y observe ainsi une vague d’établissements de détail se spécialisant dans les produits comme les nôtres, faits au Nouveau-Brunswick.

Nous venons tout juste d’obtenir la confirmation que nos articles seront offerts dans la chaîne de magasins d’un autre grand détaillant ayant son siège à Hong Kong, qui se concentre sur les produits étrangers de haute qualité. C’est une nouvelle emballante! Nous nous sommes réellement bien implantés dans cette région du monde. Nos visites en Chine avec ONB et le gouvernement provincial nous ont permis d’apprendre comment mener efficacement des activités dans ce pays. J’y ai désormais aussi d’excellents partenaires pour la distribution; ils veillent à livrer nos produits dans les délais et nous aident à effectuer le marketing et la promotion.

Il a fallu à peu près une année, mais l’excellent travail de tous les intervenants a rapporté.

Vous aviez mentionné au cours de notre dernier entretien que les ventes en ligne constituaient votre point de mire. Pourquoi être passé du commerce électronique aux détaillants traditionnels?

Nous avons déterminé que viser le marché en ligne en premier lieu aurait été une erreur parce que personne ne connaissait le produit. Les magasins traditionnels constituaient le point de départ qui convenait : l’approche est préférable pour sensibiliser les gens et leur permettre de voir et d’essayer nos produits une première fois. Nous nous concentrerons sur le marché en ligne au cours de la prochaine année, en tentant d’accéder à Alibaba, JD.com et d’autres acteurs en ligne de premier plan. Nous ferons aussi énormément de promotion ciblée sur les médias sociaux. L’essentiel est désormais de présenter le produit aux gens dans les magasins et de les inviter à l’essayer. Ils sauront ensuite quoi chercher lorsqu’ils magasinent en ligne.

À propos d’Alibaba, vous avez participé à un voyage d’ONB à Toronto l’automne dernier. Notre équipe d’expansion des exportations a participé au salon Gateway ’17 en compagnie de plus d’une vingtaine d’organisations néo-brunswickoises. Parlez-nous de cette expérience.

Les activités de ce genre sont essentielles. Gateway s’est avéré une expérience extrêmement intéressante et informative. Le salon nous a aussi énormément stimulés. Accéder à Alibaba ou à JD.com coûte cher. Ces plateformes sont dispendieuses, mais elles atteignent un immense public de consommateurs. Nous sommes actuellement en train de nous organiser pour être présents sur les plateformes de médias sociaux chinoises comme WeChat et Sina Weibo, et nous comptons obtenir l’appui de leaders d’opinion clés, des célébrités chinoises, qui pourraient nous accorder leur soutien sur leurs propres médias sociaux. Nous sommes également en train d’embaucher un consultant qui nous aidera à mettre au point une stratégie de valorisation de notre marque en Chine.

ONB partira de nouveau vers l’est cette semaine dans le cadre de sa vaste mission commerciale multisectorielle en Chine. Vous faites encore partie de la délégation. Qu’espérez-vous accomplir cette fois-ci?

Comme au cours des missions précédentes, nous espérons qu’ONB nous ouvre la voie pour le jumelage. C’est en fait l’objectif de la mission : découvrir de nouvelles pistes tout en renforçant nos relations existantes. Je suis optimiste. Je pense que ces nouveaux efforts de jumelage accroîtront les affaires et que nous apprendrons encore davantage comment faire des affaires en Chine.

On apprend quelque chose de neuf chaque fois qu’on effectue une visite. Nous avons, par exemple, appris des choses sur l’étiquetage depuis notre visite de l’an dernier. Les étiquettes doivent faire état d’une date de production et doivent être traduites. Nous achèterons et ferons chez nous les étiquettes de notre prochain lot – fabriqué ici à Moncton. Nous payions auparavant un tiers qui était chargé de créer et de poser les étiquettes pour nous. On apprend au fur et à mesure qu’on avance.

Il s’agira de mon quatrième voyage en Chine au cours de la dernière année; ces déplacements sont essentiels. La classe moyenne chinoise compte actuellement environ 300 millions de consommateurs et ce nombre devrait grimper à 500 millions au cours des 24 prochains mois. Prelam se trouve dans une excellente position : ces consommateurs adorent les marques étrangères, les premières critiques de nos produits sont très positives et les consommateurs de ce pays ne sont tout simplement pas habitués à des produits uniques comme les nôtres. Chaque fois que j’ai rencontré des acheteurs lors de notre dernière mission, j’ai été étonné de constater à quel point les gens semblent adorer nos produits. Un potentiel énorme s’offre aux entreprises canadiennes dans ce pays.

Cliquez ici pour lire l’article originale

Juin 2005: Canadian Business

Le doux parfum du succès

Tout le monde pue. Ce n’est pas une critique, seulement fait du quotidien. Et nous mettons beaucoup de temps et d’argent à essayer de prouver que l’on sent la rose. Les Canadiens payent $144 millions l’année dernière pour des assainisseurs d’air comprenant des vaporisateurs, des branchées, huiles et dans le cas de Proctor et Gamble, un lecteur de disque qui ne produit pas de la musique, mais des parfums tel que le Souhait Printanier de Shania Twain. Les compagnies pouponnent ces produits en utilisant des mots tels que « désinfecte» et « nettoie». Mais tout ce que veut le consommateur est de se débarrasser des odeurs avant que quelqu’un les confronte.
Lire l’article

Mai 2011 – The Inside Tract

Just’a Drop est ce qu’il faut pour les personnes souffrant du GI.

Just’a Drop est un assainisseur d’air conçu pour bloquer (plutôt que de couvrir ou encore dominer) les mauvaises odeurs. Il contient un extrait de plantes qui neutralise les odeurs en formant instantanément un film désodorisant à la surface de l’eau de la toilette – et ceci avec une seule goutte. Versez seulement une goutte dans votre toilette juste avant d’y aller. Une petite bouteille de 15 ml de Just’a Drop dure à peu près 400 utilisations.

Just’a Drop est disponible en trois parfums: Printemps Frais, Fleur d’Oasis et Eucalyptus. La version Eucalyptus a été élue comme la préférée de notre équipe lors des tests faits sur le produit.) Contrairement aux autres produits de cette catégorie, ces parfums sont subtiles et ne persistent pas de manière évidente après avoir tiré la chasse. Ce qui fait de Just’a drop le produit idéal pour l’utilisation de toilettes publiques ou lors d’une visite chez des amis. Ce produit est conçu sous la forme de petites bouteilles, parfait pour le sac à main et sous forme de pochettes individuelles.

Ce produit est aussi écologique, biodégradable, sain pour les fosses septiques. En le comparant aux autres assainisseurs d’air, produits chimiques et vaporisateurs en aérosols, Just’a Drop est réellement le choix efficace et écologique.En le comparant aux autres assainisseurs d’air, produits chimiques et vaporisateurs en aérosols, Just’a Drop est réellement le choix efficace et écologique.

Just’a Drop est disponible dans de nombreux magasins et pharmacies à travers le Canada, sur le site web justadrop.ca, ou par téléphone au 1-877-249-6846. Dans les magasins, Just’a drop est normalement localisé dans la section du papier de toilettes, dans la section des articles ménagers, ou dans le département des assainisseurs d’air. La compagnie offre une garantie de remboursement de 30 jours.

October 2010 – Telegraph Journal

Les entreprises locales offrent toujours quelque chose de nouveau

La Chambre du Commerce honore les entrepreneurs innovateurs. La réputation du Grand Moncton en tant que secteur professionnel important continue de s’accroître et de se nourrir des efforts constants de la Chambre du Commerce, une organisation indépendante, spécialisée dans le monde des affaires, dont la croissance impressionnante prouve son engagement envers ses membres et la communauté. Rien n’est plus évident en matière d’engagement que huit catégories que la chambre du commerce offre lors du Gala d’Excellence annuel du Grand Moncton..

Lire l’article

Avril 2010: Telegraph Journal

Dans les Maritimes, un éliminateur d’odeur tente de change les habitudes des gens, une goutte à la fois!

JOAN LEBLANC

MONCTON- Un manufacturier de produits ménagers de haute qualité, Prelam Enterprises Ltd., est basé à Moncton au Nouveau Brunswick. Fondé par Luc Jalbert et Don Goguen, Prelam célèbre son 10eme anniversaire. La compagnie est connue pour son produit innovant ‘ Just’a Drop’, un neutralisant d’odeurs de toilettes, spécialement formulé pour éliminer les odeurs embarrassantes.

« C’est la solution numéro 1 pour votre problème de numéro 2» s’exclame Jalbert, le créateur du produit. Composé d’extraits naturels de plantes et de colorant alimentaire, Just’a Drop est sécuritaire pour tous les types de toilettes, de fosses septiques et est non-toxique, devenant ainsi un produit que l’on peut amener n’importe où.

Lire l’article

January 2009: The Big Idea

Extrait de The Big Idea de Donny Deutsch

Vous allez adorer cette histoire. Un problème que tout être humain a mais qui est un tout petit peu délicat. Luc Jalbert est venu à l’émission pour discuter de ce véritable problème qui ne peut en aucun cas être mentionné : les odeurs de toilettes. L’idée lui est venue lorsqu’il visitait sa belle-mère et qu’un besoin pressant le fit aller aux toilettes. Sans assainisseur d’air en vue, il pensait s’enfermer dans la salle de bain jusqu’à ce qu’il meurt d’embarras. C’est à ce moment précis qu’une idée lui vint : « Tout le monde doit faire le numéro 2. » Est-il possible d’éliminer définitivement les mauvaises odeurs de salle de bain. Je ne parle pas de les masquer avec des parfums fleuris, mais de s’en débarrasser une bonne fois pour toute? Dans le courant de l’année suivante, Luc chercha à résoudre le problème et signa un contrat avec une manufacture chinoise qui concevait une formule naturelle et non toxique qu’il appela Just’a Drop. L’idée est de verser une seule goutte dans le bon de la toilette avant d’y aller et, comme par magie, les mauvaises odeurs disparaissent. Luc a testé son produit en commençant par son entourage. Il donna des bouteilles à son docteur, son dentiste, ses amis, ses voisins. Les réactions ont été plus que convaincantes.

Juillet 2006: The Chronicle Herald

Le doux parfum du succès.

Voici le dilemme à $10 millions de Luc Jalbert : comment peut-il amener les gens à parler des odeurs qu’ils laissent après un passage aux toilettes?

Il croît que la réponse peut transformer sa petite compagnie d’assainisseur d’air en une histoire prospère de $10 millions du jour au lendemain.

Mais seulement si cet entrepreneur de Moncton de 40 ans pouvait pousser les gens à parler. Son outil de choix : une toilette. L’endroit : le Grand Prix et le Festival de Mode de Montréal, Time Square à New York, et Toronto le jour du Canada.

Lire l’article

Juin 2006: Times & Transcript

Moncton apporte de l’air frais à la Grosse Pomme

PAR JESSE ROBICHAUD
JOURNALISTE AU TIMES & TRANSCRIPT

 

Une compagnie base à Moncton utilise des tactiques de promotion Guerrilla contre des géants de l’industrie du soin de l’air tels que Proctor & Gamble et SC Johnson.
Luc Jalbert de Moncton, vice-président de Prelam Enterprises, accompagné de son équipe, ont suivi les mauvaises odeurs jusqu’à Time Square à New York. Ils ont amené avec eux leur assainisseur d’air Just’a Drop afin de le présenter à la masse. Just’a Drop, un produit disponible à Moncton ainsi que dans tout le Canada grâce à WalMart et Jean Coutu, est décrit comme  » le seul assainisseur d’air qui supprime les mauvaises odeurs de salle bain directement à la source, avant qu’elles ne s’échappent. »

 

En stationnant leur toilette de porcelaine sur le trottoir du méga magasin Virgin, l’équipe hétéroclite ont fait de leur mieux afin d’attirer l’attention des newyorkais alors qu’ils leur demandaient de s’asseoir et d’être compté. Ils effectuaient ensuite un sondage sur leurs habitudes aux toilettes et leur préférence en matière d’odeurs. Ils demandaient aux personnes pressées de faire le sondage en ligne au www.odourvoter.com.

 

La campagne irrévérencieuse était déjà passée à Montréal et touchera Toronto lors de la journée du Canada. Elle a reçu un nombre intéressant de personne dont le fameux cowboy tout nu, lequel pris place sur la toilette en poussant la chansonnette, ce qui attira une horde de curieux. L’émission d’Howard Stern est venue s’enquérir de ce qui se passait et diffusa l’entrevue deux fois mercredi. Bien que Jalbert n’avait pas d’arrangements avec les agents de la ville avant d’amener son produit sur les rues de New York, Just’a Drop a été un grand succès alors que les appréhensions du début se sont transformés en sourire. Les passants ont dons commencés à approcher la toilette.
 » C’est une activité guérilla, il faut donc nous exposer. C’était complètement fou ici, nous dit le très heureux Jalbert par téléphone alors que la promotion de l’électeur d’odeurs continuait mercredi. L’opération a même attire les meilleurs de Manhattan.
« On ne pouvait pas y croire. Même les policiers s’arrêtaient pour nous demander des échantillons. » Sans les millions de dollars en promotion de Proctor & Gamble et de Sc Johnson, Prelam Enterprises de Moncton n’avait pas le choix que d’être créative afin d’approcher le lucratif marché américain des soins de l’air.

 

Comme l’opprimé évident de une bataille de David contre Goliath afin de conquérir les toilettes de la planète, Jalbert et ses collègues ont clairement adopté l’attitude du  » frappes fort ou rentres chez toi », leur permettant de dépasser leurs limites. Jusqu’à maintenant le coup promotionnel a été avantageux pour la compagnie produisant le produit biodégradable au parc industriel de Moncton Nouveau brunswick. Prelam cherche aussi à commercialiser Just’a Drop sur le marché japonais et anglais. « Je pense que nous allons créer un vrai buzz aux États Unis. Ce n’est que le début, nous avons encore beaucoup de travail devant nous et rien n’est facile » dit Jalbert.