Janvier 2018 : Une entreprise du N.B. connaît le succès grâce à des odeurs pas si douces que ça

Par Alan Cochrane – le 9 janvier, 2018

Prelam Enterprises co-founder Luc Jalbert - Just'a Drop

Luc Jalbert a pour mission d’éliminer les mauvaises odeurs dans le monde, une toilette à la fois.

“Nous avons commencé il y a 13 ans. Nous avions pour mission de laisser savoir les consommateurs qu’il existait quelque chose de très efficace pour éliminer les odeurs du numéro 2, mais vous deviez l’utiliser avant d’aller aux toilettes,” expliqua Jalbert ce mardi. ” Il suffit de verser une ou deux gouttes dans le bol de la toilette avant de s’asseoir avec votre journal pour créer une barrière protectrice qui piégera l’odeur.”

Jalbert est le co-fondateur de Prelam Enterprises, une entreprise de Moncton spécialisée dans la fabrication de produits spécialement formulés pour envelopper et désodoriser les molécules malodorantes associées à l’acte d’aller aux toilettes.

Luc fera son 30 ème voyage vers la Chine ce samedi où il annoncera que deux de ses produits, Just’a Drop et Just’a Spray, sont maintenant disponibles dans de grandes chaînes de magasins chinoises.  Ce dernier estime que conclure une entente pour vendre ces produits dans des villes comme Beijing, Shanghai et Hong Kong représente un marché de plusieurs millions de clients potentiels.

Il dit aussi que Prelam a reçu le soutien d’Opportunités Nouveau-Brunswick, qui l’a aidé à conclure des marchés avec des distributeurs et des détaillants chinois. Opportunités Nouveau-Brunswick est une société de la Couronne dont le but est d’attirer et soutenir des opportunités de développement économique et de création d’emplois. Opportunité N.B. n’a pas pu fournir de porte-parole pour commenter la mission commerciale de la semaine prochaine et son soutien à Prelam Enterprises.

Les produits de Prelam sont développés, emballés et envoyés à partir d’un seul espace faisant office de bureaux, d’entrepôt et d’usine, localisé sur le boulevard Baig dans le parc industriel de Moncton. L’usine peut produire jusqu’à 12 millions de bouteilles par année. L’entreprise emploie 12 employés incluant des chimistes, des infographistes et des spécialistes en marketing.

En plus de Just’a Drop et Just’a Spray, Prelam a comme produits d’autres vaporisateurs anti-odeurs aux noms amusants tels que Poop-Eh!, Oh Crap, Pooping Bad et It wasn’t Me! Il y a aussi un vaporisateur pour la toilette spécial Saint-Valentin intitulé Love At First Poo, qui vient avec le slogan ” les roses sont rouges, les violettes bleues, vaporise dans la toilette avant d’y faire ton numéro 2.”

Ces produits sont vendus par des magasins détaillants du Canada, des États-Unis, du Chili, du Mexique et des Philipinnes. La traduction de Just’a Drop au Mexique est Gotaroma.

Jalbert assure que d’exporter ses produits en Chine constitue une très grande opportunité.

“J’ai toujours acheté des matières premières et des emballages chinois, je vais maintenant vendre mes produits là-bas.”

Jalbert dit qu’il a beaucoup appris de la culture chinoise au cours de ses 29 voyages: sa langue, les règlements de son gouvernement ainsi que ses pratiques professionnelles. Un des plus grands obstacles qu’il ait pu rencontrer reste la barrière de la langue. Luc cherche toujours à employer des personnes pouvant traduire son matériel promotionnel de l’anglais.

Durant les 13 dernières années, Luc a entendu beaucoup de blagues au sujet des mouvements intestinaux et de leurs odeurs. Il est un peu comme un David rivalisant avec les Goliaths corporatifs offrant des produits similaires. Avec son budget publicitaire limité, Prelam a pu coordonner un grand nombre de coup promotionnels. Pour l’un d’entre eux, Luc a installé une toilette au milieu de Time Square à New York où les passants pouvaient s’asseoir afin de répondre à un sondage et recevoir quelques échantillons gratuits.

“Les échantillons gratuits sont très importants en marketing. Je donne beaucoup d’échantillons parce que je sais qu’à chaque fois qu’une personne essaie notre produit, elle le dira à 15 autres personnes, fera des blagues à son sujet et surtout, elle s’en souviendra.”

Alors qu’il prend en chasse les mauvaises odeurs dans les toilettes du monde, Jalbert commercialise aussi Luky 8 : une ligne de crèmes pour la peau et autres produits de beauté pour les hommes. Luky 8 sera aussi disponible dans les magasins chinois.

En attendant, le département de recherche et développement de l’entreprise travaille sur des produits d’élimination d’odeurs de puissance industrielle pour le bétail, les poulaillers, les porcheries et autres lieux malodorants dans le monde.

Pour lire l’article originale, cliquez ici.

January 2018 : Not-so-sweet smells spell success for N.B. business

By Alan Cochrane – January 9, 2018

Prelam Enterprises co-founder Luc Jalbert - Just'a Drop

Luc Jalbert is on a mission to make the world less smelly, one toilet at a time.

“We started 13 years ago, with a mission to educate consumers that there is something that really works to stop the smell when you go number 2, but you have to use it before you go,” Jalbert said Tuesday. “Just put a drop or two into the toilet bowl before you sit down on the toilet with your paper, and it will create a barrier to stop the smell.”

Jalbert is the co-founder of Prelam Enterprises, a Moncton-based company that makes a variety of products that are chemically designed to surround and deodorize the smelly gas molecules associated with going to the toilet.

On Saturday, he will make his 30th trip to China, where he will announce that two of those products, Just’a Drop and Just’a Spray are now sold by major Chinese retailers, Jalbert said making deals to sell these products in cities like Beijing, Shanghai and Hong Kong represents a huge market with millions of potential costumers.

He said Prelam received support from Opportunities New Brunswick, which helped him make deals with distributors and retailers in China. Opportunity New Brunswick is a Crown corporation that seeks to attract and support opportunities to grow the economy and create jobs. Opportunities N.B. could not provide a spokesperson Tuesday to comment on next week’s trade mission and the support to Prelam Enterprises.

The Prelam products are developped, packaged and shipped from a single office and warehouse space on Baig Boulevard in the Moncton Industrial Park, which can produce 12 million bottles per year. The company has 12 employees, including full-time chemists, graphic artists and marketing specialists.

Besides Just’a Drop and Just’a Spray, Prelam has anti-odour sprays with catchy names like Poop-Eh!, Oh Crap, Pooping Bad and It wasn’t Me! For Valentine’s Day, there’s Love At First Poo, a toilet spray with the catch-phrase ” roses are red, violets are blue. spray in the bowl before you poo.”

The products are already sold at retailers in Canada, the U.S., Chile, Mexico and the Philippines. In Mexico, the Spanish translation is Gotaroma.

Jalbert said getting the products into China is a huge deal for him.

” I’ve always bought raw materials and packaging from China, but now I’m going back to sell the products there.”

Jalbert said he’s learned a lot about Chinese culture, language, government regulations and business practices over his 29 previous trips. One of the biggest obstacles about doing business has been language, and he’s still looking for employees who can translate marketing material from English.

Over the last 13 years, he’s heard lots of jokes about bodily functions and the smells associated with them. He’s also a bit of a David competing with corporate Goliaths who offer similar products. Without huge advertising budget, Prelam has staged a variety of promotional stunts. At one point, Jalbert set up a toilet in the middle of New York city’s Time Square, where people could sit to fill out a survey and pick up free samples.

“Free samples are great for marketing. I gave away lots of samples because I knew every time somebody tried it, they would tell 15 other people and make jokes about it, and they’d remember it.”

As he takes aim at toilet odours around the world, Jalbert is also marketing Luky 8 brand of skin creams and associated grooming products for men, These will also be available at stores in China.

Meanwhile, the company’s research and development department continues to work on industrial-strength odour elimination sprays for use in cattle barns, chicken coops, pig pens and other smelly places around the world.

To read the original article, click here

Janvier 2018 : Prelam élargit sa présence en Chine

Moncton, 9 janvier 2018 – Luc Jalbert, cofondateur de Prelam, participera à une mission commerciale en Chine organisée par Opportunités Nouveau-Brunswick, du 13 au 20 janvier prochains. Cette visite permettra entre autres de lancer officiellement la vente de certains produits Prelam dans diverses grandes chaînes chinoises.

« Nos produits Just’a Drop et Just’a Spray sont en vente dans deux grandes chaînes de magasins présentent un peu partout Chine, incluant Beijing, Shanghai et Hong Kong. Pour Prelam, ces ententes représentent une belle façon de lancer nos exportations vers la Chine, mais nos ambitions ne s’arrêtent pas là, » explique Luc Jalbert.

Monsieur Jalbert profitera de sa visite en Chine pour visiter plusieurs des magasins qui font la distribution des produits et pour poursuivre les discussions avec son distributeur chinois.

« Pendant ce voyage, nous voulons solidifier nos relations avec notre distributeur existant, élargir notre réseau de distribution et rencontrer d’autres gros joueurs de la vente au détail. Nous espérons aussi, à un certain moment, pouvoir faire valoir nos produits auprès des grands du commerce en ligne. Opportunités Nouveau-Brunswick est un allié sans pareil dans cette aventure. »

Les chaînes chinoises qui offriront les produits Prelam en 2018 sont les suivantes :

 

Prelam envisage aussi mettre de l’avant ses produits et services industriels (Prelam Solutions), la division des produits médicaux (stomie) ainsi qu’une toute nouvelle gamme de produit de beauté, LUKY (http://lukyyou.com/) auprès de différents gens d’affaires chinois.

-30-


Pour renseignements :

Prelam

Luc Jalbert, cofondateur

lucjalbert@prelam.com
T : (506) 856-0252

www.prelam.com

 

Pour télécharger ce communiqué de presse, cliquez ici.

January 2018 : Prelam expands its presence in China

Moncton, January 9, 2018 – Luc Jalbert, co-founder of Prelam, will be embarking on a trade mission to China organized by Opportunities New Brunswick from January 13 to 20, 2018. The visit will also serve as an occasion to officially launch certain Prelam products for sale in several major Chinese retail chains.

“Our products Just’a Drop and Just’a Spray are on sale in two major retail chains that sell products throughout China, including Beijing, Shanghai and Hong Kong. For Prelam, these agreements are a good way to start exporting to China, but they are only the beginning”, explains Luc Jalbert.

Mr. Jalbert will take advantage of his trip to China to visit the stores that sell Prelam’s products and continue discussions with his Chinese distributor.

“During this trip, we want to solidify our relation with our current distributor, expand our distribution network and meet with other big players in the retail business. We also hope, at some point, to be able to promote our products to online retailers. Opportunities New Brunswick is an unparalleled ally in this adventure”.

The Chinese retailers that will be offering Prelam products in 2018 include:

Prelam also wants to promote its industrial products and services (Prelam Solutions), its medical products (stomie), as well as a brand new line of beauty products, LUKY (http://lukyyou.com/), to the Chinese business community.

 

-30-

 

For information:

Prelam

Luc Jalbert, co-founder

lucjalbert@prelam.com
T: 506-856-0252

www.prelam.com

 

To download this press release, click here

Janvier 2018 – Opportunités Nouveau Brunswick

La société néo-brunswickoise Prelam Enterprises nous parle de ses succès en matière d’exportation en Chine

JAN 8, 2018 |JASON BOIES

En décembre 2016, nous nous étions entretenus avec l’entrepreneur Luc Jalbert au sujet du succès de sa société établie à Moncton, Prelam Enterprises, et de ses produits de toilette Just’a Drop et Just’a Spray. M. Jalbert revenait à l’époque tout juste d’une mission commerciale en Chine dirigée par le gouvernement du Nouveau-Brunswick. La société a depuis lors remanié sa stratégie en Chine et elle a récemment annoncé une percée marquante au sein de ce marché de prime importance.

ONB a recommuniqué avec Luc Jalbert à la veille de sa prochaine visite en Chine dans le cadre de notre plus récente mission commerciale débutant le 13 janvier.

ONB : Votre entreprise a parcouru beaucoup de chemin depuis la mission commerciale de 2016. Parlez-nous de vos plus récents succès en Chine.

Prelam Enterprises Nouveau-Brunswick ChineM. Jalbert : Les produits de Prelam sont vendus depuis novembre dans les établissements d’Aolaigo, une grande chaîne chinoise de magasins de vente au détail. Nous avons décidé de concentrer nos efforts sur les emplacements traditionnels comme point d’entrée en Chine plutôt que sur le commerce électronique. Il existe dans ce pays une préférence très prononcée pour les marques internationales par opposition aux marques intérieures, à tout le moins au sein de la classe moyenne, qui est en expansion croissante. On y observe ainsi une vague d’établissements de détail se spécialisant dans les produits comme les nôtres, faits au Nouveau-Brunswick.

Nous venons tout juste d’obtenir la confirmation que nos articles seront offerts dans la chaîne de magasins d’un autre grand détaillant ayant son siège à Hong Kong, qui se concentre sur les produits étrangers de haute qualité. C’est une nouvelle emballante! Nous nous sommes réellement bien implantés dans cette région du monde. Nos visites en Chine avec ONB et le gouvernement provincial nous ont permis d’apprendre comment mener efficacement des activités dans ce pays. J’y ai désormais aussi d’excellents partenaires pour la distribution; ils veillent à livrer nos produits dans les délais et nous aident à effectuer le marketing et la promotion.

Il a fallu à peu près une année, mais l’excellent travail de tous les intervenants a rapporté.

Vous aviez mentionné au cours de notre dernier entretien que les ventes en ligne constituaient votre point de mire. Pourquoi être passé du commerce électronique aux détaillants traditionnels?

Nous avons déterminé que viser le marché en ligne en premier lieu aurait été une erreur parce que personne ne connaissait le produit. Les magasins traditionnels constituaient le point de départ qui convenait : l’approche est préférable pour sensibiliser les gens et leur permettre de voir et d’essayer nos produits une première fois. Nous nous concentrerons sur le marché en ligne au cours de la prochaine année, en tentant d’accéder à Alibaba, JD.com et d’autres acteurs en ligne de premier plan. Nous ferons aussi énormément de promotion ciblée sur les médias sociaux. L’essentiel est désormais de présenter le produit aux gens dans les magasins et de les inviter à l’essayer. Ils sauront ensuite quoi chercher lorsqu’ils magasinent en ligne.

À propos d’Alibaba, vous avez participé à un voyage d’ONB à Toronto l’automne dernier. Notre équipe d’expansion des exportations a participé au salon Gateway ’17 en compagnie de plus d’une vingtaine d’organisations néo-brunswickoises. Parlez-nous de cette expérience.

Les activités de ce genre sont essentielles. Gateway s’est avéré une expérience extrêmement intéressante et informative. Le salon nous a aussi énormément stimulés. Accéder à Alibaba ou à JD.com coûte cher. Ces plateformes sont dispendieuses, mais elles atteignent un immense public de consommateurs. Nous sommes actuellement en train de nous organiser pour être présents sur les plateformes de médias sociaux chinoises comme WeChat et Sina Weibo, et nous comptons obtenir l’appui de leaders d’opinion clés, des célébrités chinoises, qui pourraient nous accorder leur soutien sur leurs propres médias sociaux. Nous sommes également en train d’embaucher un consultant qui nous aidera à mettre au point une stratégie de valorisation de notre marque en Chine.

ONB partira de nouveau vers l’est cette semaine dans le cadre de sa vaste mission commerciale multisectorielle en Chine. Vous faites encore partie de la délégation. Qu’espérez-vous accomplir cette fois-ci?

Comme au cours des missions précédentes, nous espérons qu’ONB nous ouvre la voie pour le jumelage. C’est en fait l’objectif de la mission : découvrir de nouvelles pistes tout en renforçant nos relations existantes. Je suis optimiste. Je pense que ces nouveaux efforts de jumelage accroîtront les affaires et que nous apprendrons encore davantage comment faire des affaires en Chine.

On apprend quelque chose de neuf chaque fois qu’on effectue une visite. Nous avons, par exemple, appris des choses sur l’étiquetage depuis notre visite de l’an dernier. Les étiquettes doivent faire état d’une date de production et doivent être traduites. Nous achèterons et ferons chez nous les étiquettes de notre prochain lot – fabriqué ici à Moncton. Nous payions auparavant un tiers qui était chargé de créer et de poser les étiquettes pour nous. On apprend au fur et à mesure qu’on avance.

Il s’agira de mon quatrième voyage en Chine au cours de la dernière année; ces déplacements sont essentiels. La classe moyenne chinoise compte actuellement environ 300 millions de consommateurs et ce nombre devrait grimper à 500 millions au cours des 24 prochains mois. Prelam se trouve dans une excellente position : ces consommateurs adorent les marques étrangères, les premières critiques de nos produits sont très positives et les consommateurs de ce pays ne sont tout simplement pas habitués à des produits uniques comme les nôtres. Chaque fois que j’ai rencontré des acheteurs lors de notre dernière mission, j’ai été étonné de constater à quel point les gens semblent adorer nos produits. Un potentiel énorme s’offre aux entreprises canadiennes dans ce pays.

Cliquez ici pour lire l’article originale

January 2018 – Opportunity New Brunswick

New Brunswick’s Prelam Enterprises Talks Export Success in China

JAN 8, 2018 BY JASON BOIES

In December 2016, we spoke to entrepreneur Luc Jalbert about the success of his Moncton-based company Prelam Enterprises and its Just’a Drop and Just’a Spray bathroom products. At that time, Jalbert had recently returned from a New Brunswick government-led trade mission to China. Since then, the company has pivoted with regards to their China strategy and recently announced a major breakthrough in that important market.

ONB caught up with Jalbert on the eve of his next visit to China as part of our latest trade mission, which begins on January 13.

ONB: A lot has happened for your company since 2016’s Trade Mission. Tell us about your recent success in China.  

Export Success in China - Prelam Enterprises Jalbert: As of November, Prelam products are available at Aolaigo locations; that’s a major Chinese retail chain. We decided to focus our efforts on brick and mortar locations as an entry point into China, rather than e-commerce. There is very strong preference there for international brands versus domestic, at least within the growing middle class. So there is a surge in retail locations specializing in products like ours, made in New Brunswick.

We also just got confirmation that we will be moving into another chain retailer based in Hong Kong that focuses on premium foreign products, it’s very exciting news. We have really created a strong footprint in that part of the world. Thanks to our trips there with ONB and the provincial government we have learned how to effectively operate there. I have great distribution partners there now too; they ensure we have product delivered on time and are helping us with marketing and promotion.

It’s taken a year or so, but the hard work of all involved has paid off.

During our last chat, you mentioned online sales were the focus. Why the pivot from e-commerce to brick and mortar retailers?

We determined that going online first would have been a mistake because nobody knows the product. Brick and mortar was the proper starting point; it’s better for creating awareness and letting people see and sample our products for the first time. We’ll be focusing on the online space over the next year, looking to get on Alibaba, JD.com and other major online players. We will be doing plenty of targeted social media promotion as well. The key now is getting the product in front of people in stores and letting them try us out. They’ll then know what to search for when they’re shopping online.

Speaking of Alibaba, you were part of ONB’s Toronto trip this past fall. Our Export Development Team attended the Gateway ’17 event with over 20 New Brunswick-based organizations; tell us about that experience.

Events like that are essential, and Gateway was a very interesting and informative experience. It was also highly motivating. It will not be cheap to set up on Alibaba or JD.com; those platforms are expensive, but they do reach a massive consumer audience. We are now working at setting ourselves up on Chinese social media platforms like WeChat and Sina Weibo and looking to land key opinion leaders (KOL), Chinese celebrities that could endorse us on their own social media. We’re also hiring a consultant that will help us develop that brand strategy in China.

ONB is heading east again this week as part of our big multi-sector Trade Mission to China. You’re part of the delegation again, what are you hoping to accomplish this time out?

As with previous missions, we expect ONB will lead the way for us in terms of matchmaking. That’s really what this mission is about, finding new leads while further strengthening our existing relationships. I’m optimistic that more business will come from new matchmaking efforts, and that we’ll learn even more about how to do business in China.

You learn something new every time you visit. For example, since visiting last year we’ve learned about labelling; stickers require a production date and need to be translated. For our next batch — manufactured here in Moncton — we will buy and make the stickers here. Previously, we paid to get a third party to create and apply stickers for us; you learn as you go.

This will be my fourth time in China over the past year; that’s what it takes. Right now, approximately 300 million consumers make up the Chinese middle class, and over the next 24 months, that’s expected to reach 500 million. Prelam is well positioned; they love foreign brands, our early reviews are very positive, and consumers there simply aren’t used to unique products like ours. Every time I met with buyers during the last mission I was surprised to see how much people seem to love it. There is a huge opportunity for Canadian companies there.

Click here to read the original article